3
juil
2015
Actualités

VETOCEANE améliore son service des Urgences.

8 ans que le service des urgences de Vétocéane existe et déjà 65 structures lui ont fait confiance. Nous les remercions !

Afin de rendre les urgences plus performantes, des modifications ont été apportées :

  • Réalisation d'une nouvelle signalétique de jour et de nuit pour faciliter l'accès
  • Création d'une salle de consultation et d’attente dédiée à l'urgence
  • Mise en place d'une communication en temps réel, par transfert e-mail du dossier au terme de la consultation et appel téléphonique le lendemain 

Le code nous oblige à contractualiser nos relations. C’est pourquoi Vétocéane s’est permise d’adresser aux structures les plus proches ou déjà « partenaires » une proposition de contrat de continuité de soins afin de respecter au mieux la nouvelle réglementation ordinale.

 

 

 

Quel est votre diagnostic ?

Bouledogue Français de 1 an. Apparition des troubles il y a 1 semaine. Pas d'antécédent particulier.

 


1. A partir de ces 2 images, quel est votre diagnostic ?

2. Quelles sont les causes sous jacentes pouvant conduire à cette affection?

3. Quel traitement proposez vous?

Nous avons lu pour vous :

Ne plus utiliser de pas d’âne chez le chat !

 

4 études récentes ont démontré que, chez le chat, une ouverture buccale excessive par un pas d’âne peut être à l’origine d’accidents ischémiques cérébraux qui se traduisent par des déficit nerveux post-anesthésiques (amaurose principalement). L’origine est une compression de l’artère maxillaire (principale artère irrigant le cerveau chez le chat) : l’artère maxillaire passe entre le bord médial du processus angulaire et la paroi rostrolatérale de la bulle tympanique (schéma 1 et 1bis). Lors de l’ouverture de la bouche, il se produit une diminution de distance entre ces deux structures. Plus la bouche est ouverte plus l’écart entre ces structures diminue jusqu’à prendre en sandwich l’artère maxillaire (schéma 2et 2 bis).

Faut-il bannir alors tout écarteur de bouche ? Non, loin s’en faut.

Martin- flores and all (4), dans une autre étude prospective ont montré que seul un écarteur de 42 mm (longueur d’une garde d’aiguille orange ) et le pas d’âne sont potentiellement dangereux  car capables d’engendrer des modifications de l’ERG et une diminution du flux artériel de l’artère maxillaire . Par contre aucune perturbation n’est observée pour des écarteurs de bouche de taille plus modeste.

Il convient donc de toujours utiliser des écarteurs de bouche de taille < à 42 mm chez le chat. Si une ouverture buccale maximale est recherchée, elle doit alors être de courte durée ou réalisée de manière intermittente, en effectuant des relâchements réguliers. Ces chats devront aussi toujours être bien ventilés pour prévenir l’hypoxie et correctement perfusés pour prévenir les hypotensions favorables aux accidents ischémiques.

Références :


1)       Stiles, J., Weil, A.B., Packer, R.A., Lantz, G.C., 2012. Post-anesthetic cortical blindness in cats: Twenty cases. The  Veterinary Journal 193, 367–373.

 

2) Barton-Lamb, A.L., Martin-Flores, M., Scrivani, P.V., Bezuidenhout, A.J., Loew, E., Erb,

H.N.,   Ludders,  J.W.,   2013.  Evaluation  of   maxillary arterial  blood  ?ow  in anesthetized cats with the mouth closed and open. The   Veterinary Journal

196, 325–331.

 

3) Scrivani, P.V., Martin-Flores, M., Van Hatten, R., Bezuidenhout, A.J., 2014. Structural and functional  changes relevant to maxillary arterial blood ?ow  observed  during computed tomography and nonselective digital subtraction  angiography  in cats with  the mouth  closed  and opened. Veterinary Radiology  and Ultrasound  55,

263–271.

 

4) Martin-Flores, M., Scrivani, P.V., Loew, E., Gleed,  C.A., Ludders, J.W., 2014. Maximal and submaximal mouth opening with mouth gags in cats: Implications for maxillary artery blood ?ow.  The Veterinary Journal 200, 60–64.

 

Photo : Lors d’un détartrage, l’utilisation prolongée d’un pas d’âne chez le chat peut être considérée comme une faute professionnelle en cas de survenue d’accident nerveux post-anesthésique.

 

Schémas : Vascularisation de la région temporo-mandibulaire chez le chat bouche fermée (Schéma 1 et 1 bis) et bouche ouverte (schéma 2 et 2 bis).L’artère maxillaire passe entre la face médiale du processus angulaire de la mandibule et la face latérale de la bulle tympanique. Bouche fermée (schéma 1),  l’espace entre ces deux structures osseuses est très large.  Bouche ouverte (schéma 2), cet espace est très diminué provoquant chez certains chats une compression de l’artère maxillaire.

Réponses
Dr Pierre MEHEUST
Chirurgie et Neurologie, spécialiste en chirurgie, DESV de chirurgie, CES d' Orthopédie
Dr Julien BRUNE
Imagerie, Ancien AH imagerie médicale, DU IRM corps entier.

1. A partir de ces 2 images, quel est votre diagnostic ?

 

On observe sur la photo une tête penchée à gauche, une ptose de la babine gauche ainsi qu’un léger myosis et une discrète procidence de la membrane nictitante. Ces signes cliniques sont caractéristiques d’une atteinte vestibulaire périphérique : la tête penchée  correspond à une atteinte du nerf vestibulaire-V. La ptose de la babine et l’absence de fermeture de l’œil au réflexe palpébral (atteinte du facial- VII) ainsi que le myosis et la procidence (atteinte du nerf sympathique) permettent de localiser ce syndrome en périphérie et plus précisément au niveau de l’oreille moyenne voire interne.

   

     L’IRM montre (voir image 1) :

         - un hypersignal T2 dans la bulle tympanique gauche (liquide)

         - un épaississement de l'os de la bulle tympanique gauche 

         - Absence d'anomalie de signal de l'appareil vestibulo - cochléaire (oreille interne).

 

    Après injection de gadolinium, la muqueuse de la bulle tympanique montre un fort réhaussement. Il s'agit d'une otite moyenne.

 

2. Quelles sont les causes sous jacentes pouvant conduire à cette affection?

 

 Les otites moyennes sont le plus souvent causées par la progression d’une otite externe (origine bactérienne).

   Elles peuvent également être secondaires à un défaut de drainage ou d’aération du conduit auditif ou de la bulle tympanique en aval par obstruction de la trompe d'Eustache par un polype naso-pharyngé ou une dyskinésie ciliaire, ou en amont par une masse ou une sténose obstruant le conduit auditif.

   Plus rarement, une otite peut être générée par production primaire de liquide par la muqueuse de la bulle tympanique (otite sécrétante primaire). Le Cavalier king charles est prédisposée. Des cas ont été décrits chez le Bouledogue Francais.

   Une infection des voies respiratoires supérieures, telle qu’une rhinite, une laryngite ou une pharyngite peut progresser vers l’oreille moyenne. Cette voie est relativement rare chez le chien, on la retrouve surtout chez les individus jeunes et les chats.

   Ici sur l’IRM on observe un rétrécissement important (sténose) du conduit auditif par compression de la branche montante de la mandibule qui se retrouve dans une localisation atypique, trop caudale (voir image 2). Il s'agit d'un hypertype brachycéphale.

A noter que l'oreille droite (non clinique) montre les mêmes anomalies avec moins d'inflammation.  

 

3. Quel traitement proposez vous?

L'intervention la plus efficace est l'ablation total du canal auriculaire avec trépanation, flushage et nettoyage de la bulle tympanique. Si la trépanation latérale de la bulle tympanique ne fait plus aujourd'hui l'unanimité, dans ce cas particulier elle reste indispensable car un drainage efficace est nécessaire et conditionne la réussite du traitement. Cette technique donne de très bons résultats à court et à long terme puisque 93% des animaux opérés ne présentent aucune récidive. La complication la plus fréquente est une paralysie du nerf facial qui peut être évitée en identifiant correctement le nerf facial lors de la dissection.

   Le flushage de la bulle par myringotomie sous video-otoscopie est une autre option thérapeutique. Elle permet généralement une nette amélioration a court terme lorsqu'elle est répétée, mais les récidives sont fréquentes, notamment lorsqu'une sténose du canal est observée.

 

Le chien récupèrera de son syndrome vestibulaire. Il fera quelques mois plus tard une otite de l'autre côté pour les mêmes raisons et sera opéré de la même façon. 

Image 1 : Coupe transversale IRM au niveau des bulles tympaniques : 1 = signal normal de l'oreille interne ; 2 = hypersignal T2 dans la bulle ; 3 = Épaississement de l'os de la bulle

Image 2 : Coupe coronale IRM au niveau des conduits auditifs; 1 = conduits auditifs ; 2 =processus zygomatiques ; 3 = sténoses des conduits par compression des processus zygomatiques

Pour en savoir plus...

- HETTLICH B.F. et al. : Effect of tympanic cavity evacuation and flushing on microbial isolates during total ear canal ablation with lateral bulla ostetomy in dogs. Journal of the American Veterinary Medecine Association. 227(5). 2005. 748-755.

- OWEN M.C. et al. : Material in the middle ear of dogs having magnetic resonance imaging for investigation of neurologic signs. Veterinary Radiology and Ultrasound. 45(2). 2004. 149-155.

- ROHLEDER J.J. et al. : Comparative performance of radiography and computed tomography in the diagnosis of middle ear disease in 31 dogs. Veterinary Radiology and Ultrasound. 47(1). 2006. 45-52.

- STERN-BERTHOLTZ W. et al. : Primary secretory otitis media in the Cavalier King Charles spaniel: a review of 61 cases. Journal of Small Animal Practice. 44. 2003. 253-256.

- SHARP N.J.H. : Chronic otitis externa and otitis media treated by total ear canal ablation and ventral bulla osteotomy in thirteen dogs. Veterinary Surgery. 19(2). 1990. 162-166.

- SMEAK D.D. et al. : Treatment of recurrent otitis media that developed after total ear canal ablation and lateral bulla osteotomy in dogs : nine cases (1986-1994). Journal of the American Veterinay Medecine Association. 1996 Sep 1;209(5):937-42.

tél. 02 40 05 12 13 - Fax : 02 28 01 39 76
mail : vetoceane@orange.fr - www.vetoceane.fr
Urgences 24/24h 7/7j