4
avr
2016
Actualités

La rééducation fonctionnelle est une avancée dans la prise en charge des traumatisés rachidiens ou orthopédiques. Aujourd’hui, elle fait partie intégrante du suivi post-opératoire des chirurgies articulaires ou du rachis. Sans rééducation, il y a une perte de chance en terme de récupération.

La rééducation aide l'animal à récupérer sa mobilité et permet d’écourter le temps de convalescence. Plus vite on le rééduque, mieux il récupère !

La rééducation regroupe différents moyens.

Hydrothérapie, kinésithérapie, cryothérapie/thermothérapie, électrostimulation… sont autant de techniques qui sont conjuguées pour obtenir le meilleur résultat.

Dans un souci de continuité de soins, Vétocéane propose ces services.

 

 

 

 

Quel est votre diagnostic ?

 

 

Chat de 13 ans présentant une dyspnée depuis quelques jours.


1. Quelles sont les anomalies présentent sur les radiographies ?

2. Quels sont les 2 examens complémentaires à réaliser pour diagnostiquer avec précision la nature de la lésion et définir le plan thérapeutique ?

3. A partir des réponses précédentes, définissez le plan thérapeutique.

Nous avons lu pour vous :

Incidence et facteurs de risques de perforation des gants chirurgicaux

 

Hayes G.A. et coll : Investigation of incidence and risk factors for surgical glove perforation in small animal surgery. Vet surg, 2014, 43 : 400-404.

 

La perforation d’un gant chirurgical est grave car elle double le taux d’infection sur le site chirurgical. (Misteli, Arch Chir 2009).

L’étude de Hayes et coll. menée sur 363 procédures chirurgicales, montre que dans ¼ des interventions, il y a perforation d’un gant.

L’identification per-op de l’incident ne survient que dans ¼ des cas seulement ! De plus seules les perforations conséquentes sont visualisées.

Parmi les facteurs favorisants la perforation des gants, il y a:

  • la durée de la chirurgie (>1H), la composition du gant (les gants en poly-isoprènes sont plus fragiles que les gants en isoprène),
  • le rang du chirurgien (les gants du senior sont plus souvent perforés que ceux de son assistant),
  • le type de chirurgie (Ortho plus à risque que les tissus mous)
  • le type de matériel manipulé (plus de risque si utilisation de cerclage).

En discussion, l’auteur propose certaines recommandations :

  • Changer de gants toutes les heures
  • Si possible mettre une double paire de gant lors de longue chirurgie, surtout s’il s’agit d’une chirurgie orthopédique
  • Pour les personnes allergiques au latex il est recommandé d’utiliser des gants en néoprène ou en nitrile, plus résistants que le poly isoprène.

Réponses
Dr Pierre MEHEUST
Chirurgie et Neurologie, spécialiste en chirurgie, DESV de chirurgie, CES d' Orthopédie
Dr Julien BRUNE
Imagerie, Ancien AH imagerie médicale, DU IRM corps entier.

1. Quelles sont les anomalies présentent sur les radiographies ?

 

On observe une déviation dorsale de la trachée avec présence d’une opacification tissulaire crânialement au cœur associée à un élargissement asymétrique (plus latéralisé à gauche) du médiastin crânial (voir image 1 et 2). Des scissures interlobaires sont visibles ainsi qu’un décollement pulmonaire de la paroi thoracique dû à la présence d’un épanchement pleural modéré. Ces images sont en faveur  d'une masse médiastinale crâniale.

2. Quels sont les 2 examens complémentaires à réaliser pour diagnostiquer avec précision la nature de la lésion et définir le plan thérapeutique ?

 

Une échographie thoracique est alors réalisée afin de confirmer la présence de la masse et d’essayer de préciser sa nature. Une masse tissulaire vascularisée de 6 x 4 cm dans le médiastin crânial est observée. Son échostructure est hétérogène avec la présence de quelques petites structures kystiques (voir image 3).

Des cytoponctions échoguidées de la masse sont réalisées afin de préciser la nature histologique. Des cellules épithéliales de taille moyenne à grande, des cellules lymphoides d’aspect normal et plusieurs mastocytes bien différentiés sont observés sur un frottis paucicellulaire.

 

Ces éléments orientent vers un diagnostic de thymome.

 

3. A partir des réponses précédentes, définissez le plan thérapeutique.

 

Une exérèse chirurgicale du thymome est réalisée par sternotomie et sous ventilation assistée. La sternotomie est partielle. Elle ne concerne que la partie craniale. Elle est suffisante pour mettre un accès complet au médiastion cranial et autoriser une exérèse complète de la masse. Fermeture conventionnelle par des cerclage de monofilament irrésorbale (Surgipro Dec 2).Un drain thoracique est placé pour la vidange des fluides et de l’air pleural et l'injection d'anesthésique locaux et de morphine durant la période postopératoire.

Des échographies thoraciques de contrôle sont réalisées régulièrement. 

Le chat a vécu 2 ans et demi après l'exérèse du thymome. Il a été euthanasié après récidive, la reprise chirurgicale ayant été refusée par le propriétaire

 

Radiographie thoracique de profil : La trachée est déviée dorsalement (flèches blanches);présence de scissures interlobaires (flèches rouges) ; Opacification tissulaire médiastinale crâniale (*)

Radiographie thoracique de face : Élargissement médiastinal crânial plus latéralisé à gauche.

Echographie thoracique : masse médiastinale. flèche : structures kystiques intra lésionnelles

Pour en savoir plus...

1. Scott-Moncrieff JC et coll (1990). Acquired myasthenia gravis in a cat with thymoma. J Amer Vet Med Assn 196  : 1291–3.

2. Rottenberg S et coll (2004). Thymoma-associated exfoliative dermatitis in cats. Vet Pathol 41 : 429-33.

3. Singh A et coll (2010). Thymoma-associated exfoliative dermatitis with post-thymectomy myasthenia gravis in a cat. Can Vet J 51 : 757–60.

4. Yoon J et coll (2004). Computed tomographic evaluation of canine and feline mediastinal masses in 14 patients. Vet Radiol Ultrasound 45 : 542–6.

 5. Patnaik AK et coll (2003). Feline cystic thymoma : a clinicopathologic, immunohistologic, and electron microscopic study of 14 cases.  J Feline Med Surg 5 : 27–35.

6. Gores BR et coll (1994). Surgical treatment of thymoma in cats: 12 cases (1987-1992). J Amer Vet Med Assn 204 : 1782–5.

7. Zitz JC et coll (2008). Results of excision of thymoma in cats and dogs: 20 cases (1984-2005). J Amer Vet Med Assn 232 : 1186–92.

8. Smith AN et coll (2001). Radiation therapy in the treatment of canine and feline thymomas: a retrospective study (1985-199). J Am Anim Hosp Assoc 37 : 489-96.

tél. 02 40 05 12 13 - Fax : 02 28 01 39 76
mail : vetoceane@orange.fr - www.vetoceane.fr
Urgences 24/24h 7/7j