6
nov
2016
Actualités

Le scanner est arrivé !

En avance sur le Beaujolais, le scanner est arrivé à Vétoceane !

Tout beau, tout neuf, tout juste sorti des usines de Siemens, il a été installé en début du mois d'Octobre par une équipe de techniciens Allemands.

C'est un Somatom Scope 16 coupes, dernière génération, à aquisition hélicoïdale.

Cet appareil, destiné aux hopitaux est le premier installé dans un centre vétérinaire.

Place aux premiers essais !

 

 

Quel est votre diagnostic ?

Un teckel mâle de 2 ans est présenté pour des éternuements intempestifs et un jetage purulent unilatéral à droite.

L’examen clinique est bon et ne révèle aucune déformation ni douleur à la palpation du chanfrein. Aucune lésion buccale n’est mise en évidence.


1. Quelles sont vos principales hypothèses diagnostiques ?

2. A partir de ces images scanner que pouvez-vous conclure ?

3. Quel traitement feriez-vous ?

Quoi de neuf?

 

SYNDROME BRACHY: mieux vaut scanner avant d'opérer !

 

La sténose des narines, l'élongation et l'épaississement du voile du palais sont les principales causes du syndrome brachycéphale. D'autres anomalies peuvent y être associées comme la macroglossie ou l’hypoplasie trachéale.

Toutes ces anomalies anatomiques peuvent engendrer secondairement d’autres lésions comme l’éversion des ventricules ou un collapsus laryngé qui viennent aggraver les difficultés respiratoires.

4 études récentes montrent qu’il convient désormais d’inclure dans l’évaluation du syndrome brachy, deux autres territoires anatomiques : les cornets nasaux et le nasopharynx.

En effet, il est fréquent de retrouver chez les brachys des cornets nasaux aberrants, gradés de 0 à 4 selon leur extension. A ce jour, seul les grades 4 sont cliniques (cf images scanners : à droite, cavité nasale avec cornets nasaux aberrants de grade 4/ à gauche cavité nasale normale).

Quant au nasopharynx, c’est la taille des choanes et/ou du nasopharynx qui peut être réduite soit à cause d'une sténose soit par hypertrophie des muqueuses et/ou du voile du palais.

Le Carlin est la race la plus affectée par ces deux types d’anomalie. Opéré un Carlin, sans contrôler la taille de son nasopharynx ou de ses choanes, c’est prendre le risque d’un échec opératoire.

Le scanner permet d’explorer fidèlement ces structures anatomiques.

C’est pourquoi, il est recommandé de réaliser une scanner avant toute décision opératoire d’un syndrome brachy.

 

1. Vilaplana Grosso F et al. Weight, and  age effects on prevalence of caudal aberant nasal turbinates in clinically healthy english bulldogs : a computed tomographic study and classification. Vet Radiol Ultrasound. 2015. 56 (5).486–93.

2. Auger M et al. Use of CT to evaluate and compare intranasal features in brachycephalic and normocephalic dogs. Journal of Small Animal Practice 2016. 57. 529–36.

3. Gerhard U et al. A Novel Approach to Brachycephalic Syndrome.1. Evaluation of Anatomical Intranasal Airway Obstruction. Veterinary Surgery. 2016. 45. 165–72.

 

4. Heidenreich D et al. Nasopharyngeal Dimensions From Computed Tomography of Pugs and French Bulldogs With Brachycephalic Airway Syndrome. Veterinary Surgery.2016. 45. 83–90.

Réponses
Dr Pierre MEHEUST
Chirurgie et Neurologie, spécialiste en chirurgie, DESV de chirurgie, CES d' Orthopédie
Dr Julien BRUNE
Imagerie, Ancien AH imagerie médicale, DU IRM corps entier.

1. Quelles sont vos principales hypothèses diagnostiques ?

La présence d’un corps étranger dans les cavités nasales, une mycose (sino-)nasale (à Aspergillus ou à Penicillium), et une fistule oro-nasale secondaire à une infection dentaire sont les principales hypothèses diagnostiques.

 

2. A partir de ces images scanner que pouvez-vous conclure ?

Sur la coupe axiale des cavités nasales on observe une lyse des cornets nasaux à droite associée à un épaississement de la muqueuse. Sur la coupe axiale des sinus frontaux on observe un comblement sinusal important associé à une ostéoprolifération réactionnelle.

Ces images sont caractéristiques d’une aspergillose sino-nasale.

 

3. Quel traitement feriez-vous ?

Le patient est traité par dépôt de pommade à base de Clotrimazole 1%, à l’intérieur des sinus et des cavités nasales.

La technique a été décrite pour la première fois par Sissener et al (4).

L’animal est positionné en décubitus sternal, la tête inclinée vers le bas. Le pharynx est protégé par la mise en place de gazes pour éviter l’aspiration des fluides d’irrigation.

L’os frontal est trépané à gauche et à droite, pour permettre l’insertion de cathéter dans les sinus frontaux. 

Les sinus et les cavités nasales sont d’abord rincés via les cathéters avec du sérum physiologique tiédi. Puis avec une solution d’Enilconazole 2%. La crème au clotrimazole 1%, est ensuite introduite dans les sinus frontaux (1g/kg) jusqu’à apparaître au niveau des orifices de la truffe. Les cathéters intrasinusaux sont ensuite retirés et des sutures cutanées réalisées. On retire les gazes placées dans le pharynx et on positionne le chien tête inclinée vers le bas pour le réveil.

Quatre semaines après la chirurgie, les éternuements et le jetage ont cessé et 6 mois aprè , aucune rechute n’a été observée.

Le traitement de l’aspergillose est difficile. Seuls les traitements topiques semblent être satisfaisants à condition de diffuser dans toutes les zones concernées (sinus et cavités nasales) et de disposer d’un temps de contact suffisamment long avec le champignon.

 

Comparé à la balnéothérapie, l’utilisation d’un topique crème permet une rémanence du principe actif dans les cavités nasales et les sinus (et donc un temps de contact), supérieure. Elle est aussi associée à des temps d’anesthésie et d’hospitalisation plus courts. D’après l’étude de Sissener (4)  portant sur 16 chiens, son taux de succès est de 86%.

Pour en savoir plus...

[1] Benitah N. Canine nasal aspergillosis. Clinical techniques in small animal practice. 2006. 21, 82-88.

[2] Peeters and Clercx. Update on canine sinonasal aspergillosis. Veterinary clinics small animal practice. 2007. 37, 901-916.

[3] Sharman and Mansfield. Sinonasal aspergillosis in dogs : a review. Journal of small animal practice. 2012. 53, 434-444.

[4] Sissener et al. Combined clotrimazole irrigation and depot therapy for canine nasal aspergillosis. Journal of small animal practice. 2006. 47, 312-315.

tél. 02 40 05 12 13 - Fax : 02 28 01 39 76
mail : vetoceane@orange.fr - www.vetoceane.fr
Urgences 24/24h 7/7j