7
dec
2016
Actualités

3 semaines que le scanner tourne et déjà plus de 40 examens réalisés !

Tout fonctionne donc parfaitement !

Vous serez bientôt invités à le découvrir en même temps que nos nouveaux locaux !

En attendant et pour en savoir plus sur notre activité scanner, cliquez ICI . La vidéo dure 4 minutes.

Nous l’avons réalisée pour vous, mais vous pouvez aussi la partager avec vos clients.

Tarifs et modalités pour référer sur notre site www.Vetoceane.fr, rubrique "vous êtes un professionnel".

Quel est votre diagnostic ?

Un chien Flat coated retriever mâle entier de 4 ans est présenté en consultation pour exploration d’un amaigrissement chronique associé à une dysorexie évoluant depuis plusieurs semaines. Les propriétaires rapportent un inconfort après la prise du repas et des vomissements depuis 48h. 

 

A l’examen clinique, seule une tachypnée est observée. Elle évolue en dyspnée mixte associée à un tirage costal sous l’effet du stress.


1. Que pouvez-vous conclure de ces images ?

2. Quel autre examen complémentaire réaliseriez-vous ?

3. Quel traitement feriez-vous ?

On a lu pour vous

 Bilan d'extension des tumeurs des sacs anaux: le scanner beaucoup plus précis que l'échographie.

 

Les adénocarcinomes des sacs anaux sont des tumeurs relativement fréquentes. Leur traitement est d'abord chirurgical et passe par l'exérèse de la tumeur ET des métastases ganglionnaires identifiées. Le lymphocentre iliosacré est le premier groupe ganglionnaire infiltré.

Si des métastases sont présentes, cela aura 2 conséquences :

-  la première sera une baisse de la médiane de survie

- la seconde sera la nécessité de retirer chirurgicalement tous les noeuds lymphatiques suspects sous peine de ne pas améliorer la médiane de survie et/ou d'y associer de la radiothérapie et/ou un protocole de chimiothérapie.

La mise en évidence de ces métastases est donc fondamentale dans la gestion thérapeutique. Celles ci sont diagnostiquées ou suspectées  lors d'adénomégalie. Pour mettre en évidence ces adénomégalies, l'échographie est la technique la plus souvent utilisée car la plus simple à mettre en œuvre et la moins couteuse (voir image de gauche). Le scanner est un autre moyen pour les mettre en évidence (voir image de droite : A = coupe transversale, B= coupe coronale ; flèches vertes = NL iliaques normaux).

Cette étude montre que l'échographie a été capable d'identifier 87.5% des NL iliaques médiaux, mais seulement 36.4% des NL iliaques internes et 44.4% des NL sacrés trouvés hypertrophiés au scanner. Dans 69.2% des cas le scanner a retrouvé plus de NL hypertrophiés qu'à l'échographie.

 

Même si l'échographie est une bonne technique pour la réalisation des bilans d'extension, le scanner montre une meilleure précision dans la détection des adénomégalies ilio sacrées et justifie donc son recours pour la réalisation des bilans d'extension pré opératoires des tumeurs des sacs anaux. 

 

Palladino S et al. Utility of Computed Tomography versus Abdominal UltrasoundExamination to Identify Iliosacral Lymphadenomegaly in Dogs withApocrine Gland Adenocarcinoma of the Anal Sac. J Vet Intern Med 2016;30:1858–1863.

Réponses
Dr Pierre MEHEUST
Chirurgie et Neurologie, spécialiste en chirurgie, DESV de chirurgie, CES d' Orthopédie
Dr Julien BRUNE
Imagerie, Ancien AH imagerie médicale, DU IRM corps entier.

1. Que pouvez-vous conclure de ces images ?

 

La radiographie thoracique montre une surélévation de la silhouette cardiaque avec une hyperclarté entre le parenchyme pulmonaire et la paroi thoracique. Un cercle d’opacité tissulaire avec un centre d’opacité aérique est suspecté dans un lobe cranial (voir images ci-après).

Il s'agit donc d'un pneumothorax dont l'origine est possiblement la rupture d'une bulle pulmonaire.

 

2. Quel autre examen complémentaire réaliseriez-vous ?

 

Afin de déterminer la cause du pneumothorax spontané avec certitude, un scanner thoracique est indiqué [1] [2]. Les principales causes de pneumothorax spontané (traumatisme exclu) sont la rupture de bulles pulmonaires, une brèche pulmonaire secondaire à un abcés pulmonaire, à la migration d'un corps étranger, à une pneumonie ou une tumeur [3].

Le scanner a mis en évidence la présence de plusieurs bulles pulmonaires dont certaines en position sous pleurale, dans plusieurs lobes (voir image ci-après).

 

3. Quel traitement feriez-vous ?

 

Le traitement est le retrait chirurgical de la bulle ou des bulles présentant une rupture.

Le chien est placé sous anesthésie générale gazeuse avec ventilation assistée. Une thoracotomie par sternotomie médiane complète est réalisée.

Une bulle bilobée de 1cm de diamètre est repérée sur le bord libre du lobe crânial droit. L’immersion du lobe dans du sérum physiologique stérile tiédi permet de mettre en évidence la fuite. Par précaution tous les lobes sont testés, même ceux d’aspect macroscopique sain, et aucune autre fuite n'est mise en évidence.

Une lobectomie partielle est réalisée sur le tissu pulmonaire lésé à l’aide d’autosutures par pose d’agrafes (Surgical Stapler TA TM). L’étanchéité de la suture est vérifiée par immersion.

Le sérum physiologique est aspiré hors de la cage thoracique et un drain thoracique est mis en place. Après la fermeture du thorax, le vide pleural est restauré.

Le tarissement du drain a été obtenu après 4 jours d’hospitalisation, le drain a été retiré et l’animal a poursuivi sa convalescence au domicile de ses propriétaires.

La thoracotomie par sternotomie médiane est la technique de choix pour le traitement de l’emphysème bulleuxContrairement à la thoracoscopie, elle permet une exploration complète des lobes pulmonaires et donc une meilleure détection des fuites. Elle est, par conséquent, associée à un taux de récidive plus faible et constitue ainsi le traitement de référence. [4] [5] [6]

 

Flèches vertes : pneumothorax ; image de droite = grossissement du cadre blanc, bulle (flèches jaunes)

Scanner : Coupes transversales. Présence de multiples bulles pulmonaires (flèches vertes)

sternotomie et visualisation de la bulle

isolement de la bulle

Lobectomie par agrafage: pose de l'agrafeuse

Lobectomie par agrafage:retrait du lobe emphysémateux

Pour en savoir plus...

[1] Au J.J. et coll. Use of computed tomography for evaluation of lung lesions associated with spontaneous pneumothorax in dogs. J Am Vet Med Assoc. 2006 ; 228 : 733-737.

[2] Reetz J.A. et coll. Sensitivity, positive predictive value, and interobserver variability of computed tomography in the diagnosis of bullae associated with spontaneous pneumothorax in dogs : 19 cases. J Am Vet Med Assoc. 2013 ; 243 : 244-251.

[3] Lipscomb V.J. et coll. Spontaneous pneumothorax caused by pulmonary blebs and bullae in 12 dogs. J Am Anim Hosp Assoc. 2003 ; 39 : 435-445.

[4] Case J.B. et coll. Evaluation of video-assisted thoracic surgery for treatment of spontaneous pneumothorax and pulmonary bullae in dogs. Vet Surg. 2015 ; 44 : 31-38.

[5] Case J.B. Advances in video-assisted thoracic surgery, thoracoscopy. Vet Clin Small Anim. 2016 ; 46 : 147-169.

[6] Brissot H.N. et coll. Thoracoscopic treatment of bullous emphysema in 3 dogs. Vet Surg. 2003 ; 32 : 524-529.

 

 

tél. 02 40 05 12 13 - Fax : 02 28 01 39 76
mail : vetoceane@orange.fr - www.vetoceane.fr
Urgences 24/24h 7/7j